AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
joyeux noël ♥️

Partagez | .
 

 « je dégueule sur la facilité des sentiments. (narae&jaxen)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar

Pseudo : mangue.
Messages : 31
Date d'inscription : 16/11/2013
DC : babi naegi.
Avatar : pépé park. (park jae beom).



Localisation : tu m'demandes ça alors que je suis magnifique et qu'on me repère aussi vite qu'un éléphant en pleine ville ?
Métier / Etudes : je suis propriétaire d'un bar, depuis que je suis arrivé en ville.

MessageSujet: « je dégueule sur la facilité des sentiments. (narae&jaxen)   Ven 22 Nov - 19:07

na rae & jaxen.
Cause when we are good, we're grand, but when we're bad we are very bad. But I stick around 'cause the love that you're giving me is the best I've ever had. Oh, oh, oh, oh. And it's funny to me, the way that things have worked out. There's no doubt in my mind that you can't recall what this all was about. So let's give it up. Love me sweetly and completely Come and sit beside me 'cause you know I need you near. When you're wheelin' with that feelin' we'll paint the town pink 'cause baby, red is so last year.



tenue.

Lorsque mon téléphone se met à vibrer brusquement, je ne cherche pas à comprendre. Je me lève d'un bond et l'attrape pour décrocher. Il s'agit simplement d'un ami qui me propose d'aller à une fête. Vu comment s'est terminée la dernière en sa compagnie, je préfère refuser et mens en disant que je suis malade. Au pire, il ne saura pas que j'ai menti, ce n'est pas un problème. Il décroche en disant que c'est dommage et je le salue poliment. Je souris faiblement avant de passer une main dans mes cheveux. Je me lève et me dirige vers la salle de bain, simplement vêtu d'un caleçon, mais je découvre très vite que Na Rae y est déjà. Je soupire d'un air exaspéré avant de partir vers la cuisine pour me servir un bol de lait et pour prendre des cookies. J'ignore complètement le fait qu'elle sorte de la salle de bain, vêtue d'une jolie tenue. Je ne tente même pas de croiser son regard. Je fixe ma nourriture tout en retournant dans ma chambre. Je ne peux plus être dans la même pièce qu'elle. Ce n'est pas possible. A chaque fois qu'elle s'approche, j'ai l'impression de crever. Ce sentiment m'effraie au plus haut point. L'amour, ça n'existe pas. C'est un mensonge raconté aux gosses pour les faire rêver. Il n'y a pas d'amour dans ce monde. Juste du sexe. Enfin, c'est ce que je pense - pensais. A présent, tout est confus et c'est pourquoi je dois éviter cette jeune femme le plus possible. Quand elle est dans les parages, c'est le bordel, dans ma tête. Tellement que ça me tue. J'ai l'impression de crever de l'intérieur. C'est un sentiment bien amer. Je le déteste. Il est hors de question que je me laisse aller. Je m'installe finalement sur mon lit pour déjeuner en regardant la télévision. Il s'agit simplement d'une émission sur un groupe de Trainee qui vont débuter en décembre. Je ne retiens même pas leur nom, bien trop occupé à me concentrer pour ne pas foutre des miettes partout. Manquerait plus que ça ; que je doive passer l'aspirateur dans ma chambre. N'importe quoi. Je me laisse tomber sur le dos, posant une main sur mon ventre avant d'expirer bruyamment. Je ferme les yeux et m'endors au bout de quelques minutes seulement. Ce n'était pas voulu, mais c'est arrivé.

Je me réveille quelques heures plus tard, mon ventre criant famine. C'est donc sans attendre que je m'habille en vitesse avant de me diriger vers la cuisine avec pour idée, de préparer à manger, mais je retrouve très vite Na Rae, au fourneau. Elle semble concentrer dans sa tâche et je crois qu'elle ne m'a pas remarqué. Je la détaille un peu, me disant qu'elle est vraiment jolie avant de secouer ma tête de gauche à droite. Je dois me reprendre. Mon nez se fronce tandis que je zappe de chaîne sur la télévision du salon pour mettre une chaîne de musique ne comportant que du rap. Si ça lui pose un problème, je lui fais bouffer la télécommande. Enfin, non. Je n'oserai pas lever la main sur elle. Je m'approche lentement de Na Rae pour voir ce qu'elle fait et évidemment, je ne peux pas m'empêcher de lui lancer un pic ; « Tu fais quoi ? J'ai l'impression que l'odeur nauséabonde vient de c'que t'es en train de préparer. » Cette phrase, je l'ai dite avec un sourire narquois et les yeux pétillants de malice. Je suis obligé d'agir ainsi, je me force à le faire. Même si dans le fond, je voudrais qu'elle parle de moi comme un homme génial à ses proches. Qu'elle me voit comme un potentiel petit ami, qu'elle ne puisse que compter sur moi, qu'elle s'attache à moi, qu'elle tienne à ma petite personne. Même quand elle n'est pas là, je pense à ce qu'elle est en train de faire, avec qui elle est, si elle va bien, si elle n'a pas de problème. Et cela m'énerve. Cela me rend bien plus horrible que je ne devrais l'être. Simplement parce que j'ai peur de ce sentiment appelé l'amour. Pourtant, je ne suis même pas sûr de l'aimer. « Au fait, si tu pouvais être plus rapide dans la salle de bain, ce serait cool. » Et c'est moi qui dis ça ? Alors que généralement, je mets presque une heure pour me préparer ? Me voilà bien hypocrite, mais je ne peux pas m'en empêcher, c'est plus fort que moi.


made by pandora.




_________________
I'm not in love
love is not real.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: « je dégueule sur la facilité des sentiments. (narae&jaxen)   Ven 22 Nov - 22:26

Tenue

Je fais que dalle de mes journées dernièrement. Non seulement dois-je demander la permission à monsieur pour sortir, mais celui-ci avait décidé du jour au lendemain de ne plus être sociable et ça m'effraie, parce que de nous deux je suis la plus chiante. En fait, ces derniers temps il n'est pas très bavard, et ça m'ennuie, terriblement. Parce que à part lui parler, je vois pas trop ce que je pourrais faire dans ce minuscule logement. Mon ancienne chambre était franchement beaucoup plus spacieuse que cette demeure. Mais bon, je fais avec, ce n'est pas comme si j'ai le choix.

Ce matin, Jaxen s'est levé puis s'est recouché sans échanger un mot avec moi. Il a même mangé dans sa chambre et j'avoue m'en sentir légèrement vexée. J'ai la nette impression qu'il m'évite depuis un certain temps alors j'ai pensé que si je me donne la peine de cuisiner pour nous deux, je nous créerai une raison pour passer un peu de temps ensemble. Je veux pas être seule après tout, je lui ai jamais vraiment pardonné mais il est tout ce que j'ai, la seule personne qui pense un minimum à moi alors je suis gentille avec lui. C'est un peu triste tout ça.

Le hic, c'est que je sais pas cuisiner. Mais je pense que si je fais des efforts, je pourrai nous faire quelque chose de comestible, sûrement. C'est donc en m'affairant dans la cuisine qu'une musique de Rap parvient à mes oreilles. J'en souris, j'aime beaucoup la musique même si je n'ai ni chanteur ni chanson préférés. Très bientôt, j'entends la voix de mon coloc. Mon regard croise brièvement le sien avant que je souris à mon tour pour répondre à sa plaisanterie : « Très drôle. Je te laisse deviner quel animal se trouve dans la casserole » Je rigole intérieurement, c'est du poulet, facile à préparer. J'ai également fait une soupe de légumes. Il me sort une nouvelle blague, enfin je crois que c'est une blague parce qu'il passe presque autant de temps que moi dans la salle de bains. « On aurait pas ce problème si on vivait pas dans cette boite de conserve. » Comparée à la villa familiale où j'ai passé presque toute ma vie, cet appartement est vraiment minuscule. Je sais même plus combien de fois je l'ai dit.

De toute façon, on peut bientôt se mettre à table, je tends des assiettes à Jaxen ainsi qu'une serviette. « Rends-toi utile, mets la table. » Je suis pas sûre qu'il obéisse mais je m'occupe à servir la bouffe puis m'attable, espérant qu'il veuille bien me rejoindre et qu'il mange pas dans sa chambre. Une gorgée plus tard, je me rends compte que notre repas est mangeable, c'est même délicieux. Ma mère aurait été fière de moi. Je regarde Jaxen, lui offrant un nouveau sourire. « Qu'est ce que t'en penses ? » Bizarrement, son avis sur le plat m'est important.

Une petite voix me dicte de ne pas lui sourire, de ne pas rester avec lui dans une pièce où se trouve un couteau, de déverser tout ce qu'il y a dans mon cœur et de lui dire franchement, à quel point je lui en veux pour la mort de mes parents et de ma sœur qui me manque terriblement. Mais une partie de moi voit en lui également l'homme qui m'a pas tuée et qui pourrait me tuer n'importe où, n'importe quand mais qui ne le fait tout de même pas. Oui, une partie de moi l'aime bien, Jaxen.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Pseudo : mangue.
Messages : 31
Date d'inscription : 16/11/2013
DC : babi naegi.
Avatar : pépé park. (park jae beom).



Localisation : tu m'demandes ça alors que je suis magnifique et qu'on me repère aussi vite qu'un éléphant en pleine ville ?
Métier / Etudes : je suis propriétaire d'un bar, depuis que je suis arrivé en ville.

MessageSujet: Re: « je dégueule sur la facilité des sentiments. (narae&jaxen)   Dim 24 Nov - 12:32

na rae & jaxen.
Cause when we are good, we're grand, but when we're bad we are very bad. But I stick around 'cause the love that you're giving me is the best I've ever had. Oh, oh, oh, oh. And it's funny to me, the way that things have worked out. There's no doubt in my mind that you can't recall what this all was about. So let's give it up. Love me sweetly and completely Come and sit beside me 'cause you know I need you near. When you're wheelin' with that feelin' we'll paint the town pink 'cause baby, red is so last year.



tenue.

Son regard croise le mien et elle me sourit. Croit-elle vraiment que je rigole ? Pourquoi faut-il qu'elle pense que je blague quand j'essaie de me montrer froid ? C'est déroutant. Frustrant. Et je me retiens de pousser un cri de rage. Le meilleur choix qu'elle puisse fait est de partir. Après tout, je resterai toujours le même. Mon passé est hanté, mes mains sont sales, alors pourquoi diable reste-t-elle ici ? Rien ne la retient maintenant que je suis sûr qu'elle ne court plus aucun risque. Il est vraiment que deviendrais encore plus froid si elle partait, mais il ne faut pas que je me voile la face, un jour, elle partira. Et ce jour-là, j'aurai perdu la seule raison qui m'a fait abandonner ma famille. La seule raison pour laquelle j'ai mis ma vie en danger. Pourtant, je le sais. L'être humain ne mérite aucune confiance. Après tout, mon meilleur ami, mon frère de cœur m'a bien abandonné alors que j'avais tout fait pour lui sauver la vie. Et je refais tout de même la même connerie. Mais j'espère que Na Rae n'est pas une connerie. Qu'elle ne me lâchera pas au moindre obstacle, car malgré mon côté froid et insensible, je suis fidèle. Et à partir du moment où je m'attache à quelqu'un, je ne peux pas lui en vouloir. C'est pourquoi je ne veux pas recroiser ce gars. Je ne serai même pas capable de le frapper, car je verrai toujours en lui le frère de sang que la vie à oublier de me donner. La nouvelle réplique de Na Rae me laisse un goût amer en travers de la gorge. Je plisse des yeux en serrant les poings. « [color=tealExcuse-moi de vouloir passer inaperçue. T'as vraiment cru que j'allais te payer un manoir ? La vie n'est pas toujours rose, alors arrête de te plaindre de ce putain d'appart', sinon, casse-toi.[/color] » Dis-je sur un ton froid que je regrette très vite. Pourtant, je ne lui montre pas le fait que je culpabilise déjà. Pas possible. Après tout, il faut qu'elle me déteste. Je ne ferai que lui causer des problèmes. Na Rae est trop bien pour moi. Je ne suis qu'un cafard. Un insecte que la vie devrait écraser. Elle est blanche comme la neige, je suis aussi souillé que la terre.

Je m'attarde à mettre la table comme elle me l'a demandé. Cependant, je m'oblige à faire ma mauvaise tête. Je pose les assiettes, les verres, les couverts avec force, les faisant claquer contre la table pour faire le plus de bruit possible. Au diable les voisins. Je les emmerde, eux aussi. Je m'installe finalement tandis que Na Rae commence à manger. Je n'ai plus faim. Enfin, c'est ce dont j'essaie de me persuader, mais mon estomac me trahit et je soupire longuement avant de prendre une bouchée. Je plisse mon nez avant de lui sourire faiblement. Elle va croire que je suis bipolaire a toujours changé de façon de parler, de visage. « Hn. C'est mangeable. Tu fais des progrès. » Et c'est vrai. Et cette fois-ci, je n'ai pas pu m'empêcher de lui dire la vérité, de lui faire un compliment. C'est plus fort que moi. Et pourtant, j'aimerais tellement pouvoir me retenir, la faire me haïr. Mais c'est presque impossible. Et je déteste ce sentiment d'impuissance. Ce sentiment appelé l'amour. Il ne nous rend que stupide. Niais. Impuissant face à la dure réalité des choses. Et bordel, c'que je déteste le fait de me rendre petit à petit compte qu'elle n'est pas qu'une simple femme. Non, elle est bien plus. Je ne termine même pas mon assiette et me relève très vite pour débarrasser mes couverts avant de sortir une bière du frigidaire. « Il n'empêche que ce soir, c'est moi qui cuisine. » Et ce n'est pas une question. C'est un ordre. Pourquoi ? Tout simplement pour la vexer. Pour l'énerver. Pour lui donner envie de me frapper. Même si j'ai du mal à croire qu'un jour, elle ose lever la main sur moi. Je porte ma boisson jusqu'à mes lèvres pour en boire plusieurs gorgées de suite. « T'as pas un truc à faire, toi ? Genre, réviser ou je ne sais quoi ? » Je lui demande, haussant des sourcils. Ma façon de parler peut sûrement paraître mal polie, mais je m'en fiche. Je veux être le plus exécrable possible.


made by pandora.




_________________
I'm not in love
love is not real.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: « je dégueule sur la facilité des sentiments. (narae&jaxen)   Lun 25 Nov - 18:05

J'ai beau me dire qu'il a simplement un humour pourri auquel je dois m'habituer,  Jaxen réussit toujours à me convaincre du contraire. Je réponds même pas à sa méchanceté gratuite, choquée sur le coup. Il m'évite tout le temps et quand on a quelques minutes pour échanger deux mots, il me parle de la sorte ? C'est vrai que je le trouvais bizarre dès le début mais j'imaginais pas qu'il puisse avoir un comportement totalement arbitraire. Je secoue la tête lentement, de droite à gauche, comme si je cherchais à oublier ce que je viens d'entendre. Et on se met à table. J'ai rien loupé de son comportement désagréable lorsqu'il mettait la table mais je faisais celle qui n'a rien vu. Après tout, j'ai fait des efforts pour qu'on puisse manger ensemble, et qu'on converse comme des amis que nous sommes pas.

Il affiche néanmoins un sourire et complimente presque mon travail, je lui rends son sourire mais en plus joyeux, et reporte mon attention sur la bouffe. C'est perturbant, comment il peut changer de comportement aussi soudainement mais, pour le coup et puisqu'il s'est montré gentil, ce n'est pas pour me déplaire. A ma grande surprise, il se lève. Machinalement, mon regard se pose sur son assiette qu'il n'avait pas terminée et je n'ai même pas le temps de le questionner qu'il change déjà de comportement. Qu'il cuisine ce soir, s'il le souhaite, mais il n'y a aucune raison pour qu'il le dise de cette façon. J'ai un pincement au cœur et m'arrête de manger. Sa nouvelle question me met les nerfs en fleur de peau et je me relève brusquement en le fixant.

« Ok. S'il y a un message à tout ça, je passe totalement à côté. Pourquoi te comportes-tu comme un salopard ? » Ce n'est pas comme s'il n'était pas déjà un idiot à mes yeux mais il avait jusque-là une raison pour l'être. « Tu me supportes pas, c'est ça ? Eh ben sache que pour moi non plus ce n'est pas une partie du plaisir ! » Mon sourire a disparu et je le regarde à présent droit dans les yeux. Je sens que mes propos vont l'inciter à pousser le bouchon encore plus loin mais bon, je pense que j'ai rien à perdre. Et mon franc-parler m'oblige à continuer, d'une voix un peu chevrotante où perce tout mon agacement et la haine que j'avais éprouvés pour lui ces derniers mois : « Tu regrettes de ne pas m'avoir tuée, n'est-ce pas ? »
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Pseudo : mangue.
Messages : 31
Date d'inscription : 16/11/2013
DC : babi naegi.
Avatar : pépé park. (park jae beom).



Localisation : tu m'demandes ça alors que je suis magnifique et qu'on me repère aussi vite qu'un éléphant en pleine ville ?
Métier / Etudes : je suis propriétaire d'un bar, depuis que je suis arrivé en ville.

MessageSujet: Re: « je dégueule sur la facilité des sentiments. (narae&jaxen)   Mar 26 Nov - 19:53

na rae & jaxen.
Cause when we are good, we're grand, but when we're bad we are very bad. But I stick around 'cause the love that you're giving me is the best I've ever had. Oh, oh, oh, oh. And it's funny to me, the way that things have worked out. There's no doubt in my mind that you can't recall what this all was about. So let's give it up. Love me sweetly and completely Come and sit beside me 'cause you know I need you near. When you're wheelin' with that feelin' we'll paint the town pink 'cause baby, red is so last year.



tenue.

Je ne sais pas vraiment ce qu'il se passe dans ma tête. C'est vraiment le foutoir, le bazar, le bordel. J'aimerais exploser mon crâne contre un mur en hurlant de rage pour être aussi complexe et fou à la fois. Bordel. Je n'peux pas rester sans sentiment, comme j'en ai toujours eu l'habitude ? Non, bien-sûr que non puisqu'il s'agit de Na Rae. Et j'ai vraiment envie de frapper quelque chose. De lui hurler dessus. De l'insulter, mais je ne fais rien. Je me contente de lui répondre froidement, de tenter de l'énerver. J'essaie de la faire me détester ; cela ne devrait pas être très compliqué, avec mon caractère de merde. Le message dans tout ça ? C'est que je t'aime, putain. Et qu-, oh merde. J'ai vraiment pensé ça ? Je me crispe sur place tandis que mes poings se serrent. « Si tu n'vois aucun message c'est normal. Il n'y en a pas. » Dis-je aussi froidement que je le peux, malgré le fait que je n'ai qu'une seule envie ; la prendre dans mes bras. Non, bien-sûr que non. Je ne dois pas et je ne peux pas faire ça. Je me l'interdis. Tout simplement parce qu'elle souffrirait, parce que je souffrirai et parce que je ne suis qu'une merde à côté d'elle. Je ne suis rien. Je ne suis qu'un ancien tueur à gages, rien de plus ; qu'une merde de trop sur les terres de notre planète. Mais je vis. Et c'est l'important. Et pourtant, je ne peux m'empêcher de la garder près de moi, ou est-ce elle qui ne part pas ? Je n'en sais rien. Et je divague. Je dois avoir l'air con à rester debout, le regard perdu sur le sol de la cuisine. Je relève mes yeux tandis qu'elle plonge son regard dans le mien. « Au moins, t'as conscience de ça. » Dis-je en lui souriant d'un air narquois ; presque hautain. Elle pourrait me frapper, là, maintenant, mais elle ne fait rien. Elle se contente de me regarder droit dans les yeux tout en parlant une nouvelle fois. Et là, c'est la phrase de trop. Je m'approche d'elle pour brusquement la plaquer contre un mur, frappant dans ce dernier avec mon poing droit, manquant de grimacer de douleur. J'ai toujours agi impulsivement, mais jamais aussi excessivement envers elle. Qu'elle ne me dise pas ça. Je pourrais regretter tant de choses. La mort de mes parents pour sa vie, par exemple. Si je l'avais tué, ils seraient encore vivants. Mais elle, elle serait morte. Mais c'est un truc que je lui cache depuis toujours. Elle n'a pas besoin de savoir ça. Et de toute façon, pourquoi je lui dirai ? On n'est rien l'un pour l'autre, malgré mes sentiments bizarres, contradictoires. « Mais ferme-là, bon sang. La seule chose que je regrette, c'est d'avoir accepté le deal d'être tueur à gages pour sauver la peau de mon meilleur ami. Frère de coeur qui s'est d'ailleurs tiré dès que l'occasion en or s'est présenté. Je ne lâche pas les gens, ce sont eux qui me lâchent. C'est pour ça que je te dis ça. Un jour où l'autre, tu te casseras d'ici, mais tant que t'es sous mon toit et sous ma responsabilité, tu n'critiques pas l'endroit. Qu'est-ce que ça peut te faire d'avoir trente chambres ? Dix mille salles de bain ? Tu t'es prise pour une princesse ? Après tout c'que t'as vécu, tu n't'es toujours pas encore rendu compte à quel point la vie est dure et que le fric, on le balance pas par les fenêtres ? » Oui. Je suis en colère. Oui, sur le coup, je pourrais la haïr à cause de ses paroles. Mais non, mon coeur parle pour moi en me faisant me taire, en adoucissant un peu mes mots. Sinon, j'aurais été encore plus vulgaire.


made by pandora.




_________________
I'm not in love
love is not real.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: « je dégueule sur la facilité des sentiments. (narae&jaxen)   Jeu 28 Nov - 20:49

Après ses gentilles remarques, il ose me plaquer contre le mur. Je suis tellement estomaquée que je ne réagis même pas sur le coup, mais qu'est-ce qu'il va faire maintenant ? Déjà, je commence à avoir mal au dos mais ma fierté m'oblige à me taire et je ne peux émettre le moindre son. C'est avec de grands yeux que je le regarde et j'ai peur. Cela fait longtemps que je n'avais pas l'impression de partager l'appartement avec un tueur à gages et ce geste m'en rappelle. Ça me remet en mémoire tant de choses, des souvenirs de la nuit où j'ai appris pour les dettes de mon père jusqu'à ce matin, où je me suis levée en me demandant pour qui ou pour quoi je fais des efforts pour vivre.

Dans cette position, j'ai envie de pleurer, peut-être même de rire parce que je suis sérieusement incapable de m'expliquer comment j'ai fait pour en arriver là. Je l'écoute simplement, lui adressant un regard disant "je te déteste pour le restant de mes jours" mais j'hausse légèrement les sourcils lorsque je comprends enfin qu'il ne regrette pas de m'avoir sauvée et, je l'avoue, ça me fait un petit quelque chose. Mon cœur a cette même réaction quand j'apprends pour son meilleur ami et j'ai envie de dire que je suis désolée pour lui. Mais j'ai peur. C'est moi qui l'avais poussé à agir de la sorte ?

Je sais même plus si je dois l'apprécier ou le détester mais la douleur est toujours là, et je ne peux m'empêcher de penser qu'il en est le responsable. « Je suis désolée pour tout ça, vraiment. Mais je t'ai rien fait, moi. T'as pas encore remarqué que je t'ai pas lâché ? » Je me demande d'ailleurs pourquoi, je peux me barrer d'ici quand je veux, non ? Qu'est-ce qui me retient ici, lui peut-être ? Dans un réflexe qui est plus fort que moi j'approche mon visage du sien, et je lui re-pose la question à laquelle il n'a jamais répondu. « Pourquoi ? Pourquoi tu m'as sauvée ? Pourquoi tu me tues pas alors que t'en pas l'occasion ? Que suis-je pour toi, après tout ? » Je finirai par croire que je suis importante pour lui. « Me casser d'ici ? Pour aller où ? Tu viens de le dire, on balance pas le fric par les fenêtres. Et puis, à part toi, je n'ai personne. ». Ma fierté venait d'en prendre un coup mais ma franchise est plus forte, j'ai même parlé sur un ton qui se voulait calme.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Pseudo : mangue.
Messages : 31
Date d'inscription : 16/11/2013
DC : babi naegi.
Avatar : pépé park. (park jae beom).



Localisation : tu m'demandes ça alors que je suis magnifique et qu'on me repère aussi vite qu'un éléphant en pleine ville ?
Métier / Etudes : je suis propriétaire d'un bar, depuis que je suis arrivé en ville.

MessageSujet: Re: « je dégueule sur la facilité des sentiments. (narae&jaxen)   Ven 29 Nov - 16:48

na rae & jaxen.
Cause when we are good, we're grand, but when we're bad we are very bad. But I stick around 'cause the love that you're giving me is the best I've ever had. Oh, oh, oh, oh. And it's funny to me, the way that things have worked out. There's no doubt in my mind that you can't recall what this all was about. So let's give it up. Love me sweetly and completely Come and sit beside me 'cause you know I need you near. When you're wheelin' with that feelin' we'll paint the town pink 'cause baby, red is so last year.



tenue.

Je ne sais pas vraiment pourquoi j'agis aussi impulsivement. C'est normal, pour moi. J'ai toujours agit de la sorte. Et même si cela me tue de faire pareil avec Na Rae, je me contente de faire comme si ce geste ne me dérangeait pas. De toute façon, je me vois mal lui dire que je suis perdu à cause d'elle. Que je ne veux pas avoir de sentiments pour elle et que je compte la faire me détester. Non, m'dame. Elle ne saura jamais tout ça. Enfin … je crois. C'est ça. Fixe-moi avec ton regard froid que j'aime tant. C'est marrant de te voir aussi énervé, parce que je sais que ta force n'est rien comparé à la mienne et que tu seras toujours la gamine que j'ai sauvé,que j'ai épargné il y a quelques mois. Je hausse des sourcils. Et alors ? Elle ne m'a pas lâché, mais qui me dit qu'elle ne le fera pas demain ? Ou le jour suivant ? Après tout, « l'homme est un loup pour l'homme. » Nous sommes tous nos propres prédateurs. Les êtres humains sont dégueulasses entre eux et je crois que cette façon de vivre ne changera jamais. Nous sommes faits ainsi. « Et alors ? Qui me dit que demain, tu seras encore là quand je me réveillerai, hn ? T'excuse pas pour des choses comme ça. T'y est pour rien, alors que moi, c'est presque comme si j'avais tué toute ta famille en désobéissant aux ordres. » Dis-je un peu plus sympathiquement qu'avant, mon ton froid se faisant plus doux, brusquement. Et lorsqu'elle approche son visage du mien, je ne peux empêcher mon nez de se froncer tandis que mon regard plonge dans le sien. Pourquoi je l'ai sauvée ? Je serre les dents les poings, près à répondre, mais elle me devance. Personne ? Elle pourrait trouver quelqu'un. Une personne de sa classe, quelqu'un en qui elle pourrait avoir plus confiance que moi, mais non, elle, elle reste là. Je soupire longuement avant de la presser contre le mur. Je ne retiens pas mon corps, posant une main sur le haut de sa tête pour ébouriffer ses cheveux. « Hn. Pourquoi est-ce que je te tuerai, hein ? J'ai arrêté tout ça. Maintenant que je suis sortie de ce merdier, je ne vais pas y rentrer une nouvelle fois. Et si je ne t'ai pas tué c'est parce que … j'en sais rien. C'est comme ça, c'est tout, pose pas de questions et tais-toi. » Dis-je tout faisant glisser ma main le long de sa joue pour finalement m'éloigner d'elle et mettre les mains dans mes poches. « Ce que t'es pour moi ? Je te retourne ta question. » Je lui fais face une nouvelle fois, arquant mon sourcil droit. « Qu'est-ce que je suis, pour toi ? Réfléchis bien, tiens. Et réponds-moi dès que t'es sûr de ce que tu vas dire. » Je ne peux m'en empêcher. Suis-je son ennemi ? Son ami ? Je crois que notre lien est bien plus complexe que cela et qu'il n'y a pas de mot pour le décrire.


made by pandora.




_________________
I'm not in love
love is not real.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: « je dégueule sur la facilité des sentiments. (narae&jaxen)   Ven 6 Déc - 19:21

Je suis dans l'impossibilité de répondre à sa question puisque... puisqu'il avait raison. J'étais, moi-même, pas très sûre de vouloir rester ici, dans ce miteux appartement et même si je n'ai pas vraiment le choix, pour le moment, je sais pertinemment que je veux pas finir ma vie ici, avec Jaxen. Je l'écoute simplement, mon regard plongé dans le sien et grand est ma surprise quand je décèle un semblant de douceur dans sa voix. Le revoilà, le Jaxen que je comprendrai pas, qui change de comportement. C'est perturbant, franchement. Il évoque la mort de ma famille et ça suffit pour que mon humeur tourne au maussade. « ça me fait un drôle d'effet de t'entendre dire ça... ça sert à rien de culpabiliser, t'es un peu innocent mais t'es pas un superhero non plus, hein. » réponds-je sur le ton de la provocation. Ça ma fait une belle jambe de l'entendre en parler : ma famille n'est plus là. Qu'il ait désobéi aux ordres ou pas m'intéresse plus.

« Ils sont morts... je suis toujours là... le reste, c'est d'un intérêt vraiment secondaire. » Ma phrase n'est pas très cohérente, j'en ai conscience. En fait je voulais juste dire que c'est trop tard pour faire quoi que ce soit. Je suis de nouveau surprise par ce qu'il me sort. Étrangement, sa main sur ma joue me donne pas envie de vomir. Pas du tout même. Contrairement à ce que je pensais... Sa réponse, en tous cas, n'est pas des plus satisfaisantes. Il me retourne même la question. Ce qu'il est pour moi ? J'ai même pas besoin d'y réfléchir, tiens. Je le regarde droit dans les yeux, un mauvais sourire s'étant invité sur mes lèvres, et formule ma réponse sans une once d'hésitation : « Rien. » commence-je. « T'es celui qui me trouvait assez pathétique pour ne pas me tuer. T'es celui qui m'a donné à manger et un toit pour cette même raison. Et le simple fait de penser que je partage ce minuscule appartement avec un assassin me donne envie de mettre fin à mes jours.  T'es peut-être pas responsable pour la mort de mes parents, mais je t'en veux. » C'est cruel, un peu trop cruel. Mais j'ai toujours été une personne franche et c'est avec cette même franchise que je continue : « Mais tu es en même temps la seule personne qui mérite pour toujours ma reconnaissance. Je crois que je te dois beaucoup. »
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Pseudo : mangue.
Messages : 31
Date d'inscription : 16/11/2013
DC : babi naegi.
Avatar : pépé park. (park jae beom).



Localisation : tu m'demandes ça alors que je suis magnifique et qu'on me repère aussi vite qu'un éléphant en pleine ville ?
Métier / Etudes : je suis propriétaire d'un bar, depuis que je suis arrivé en ville.

MessageSujet: Re: « je dégueule sur la facilité des sentiments. (narae&jaxen)   Dim 8 Déc - 15:45

na rae & jaxen.
Cause when we are good, we're grand, but when we're bad we are very bad. But I stick around 'cause the love that you're giving me is the best I've ever had. Oh, oh, oh, oh. And it's funny to me, the way that things have worked out. There's no doubt in my mind that you can't recall what this all was about. So let's give it up. Love me sweetly and completely Come and sit beside me 'cause you know I need you near. When you're wheelin' with that feelin' we'll paint the town pink 'cause baby, red is so last year.



tenue.

Innocent ? Un peu, sûrement. Super héro ? Je n'ai jamais dit ça. Le fait qu'elle déforme mes paroles m'énervent et ses paroles me restent en travers de la gorge. Ce qu'elle m'énerve, à toujours agir de la sorte. Comme si j'avais eu le choix de me lancer dans ce merdier. Non. Bien-sûr que non. N'importe qui aurait fait pareil pour permettre à son frère de survivre dans ce monde de brutes. Ou alors … suis-je le seul ? Dans ce cas-là, je devrais sûrement m'exiler. Loin. Loin de toutes vies humaines. Mais je ne peux pas. C'est impossible. Je deviendrais complètement timbré. Je peux me montrer sympathique avec elle, elle me remballera, alors autant que je reste froid. Mes pensées sont complètement contradictoires. Un coup, je me dis que je devrais me montrer doux et un autre, je me dis que je devrais la foutre à la porte et ne plus jamais la revoir. C'est un peu dur à assimiler et c'est ce qui me fait paraître si … lunatique … paradoxal. Je fronce des sourcils en l'entendant parler. Se rend-elle compte de ses paroles, au moins ? Je ne pense pas. Ou alors, est-elle si égoïste ? Si « je m'en foutiste » ? « Ah, vraiment ? Alors, le fait qu'ils soient morts te passent par dessus la tête ? T'as au moins conscience que si je t'avais buté, ils seraient toujours en vie ? » Dis-je d'un ton froid, tentant de la blesser. C'est sortie tout seul, mais il faut que je la fasse réagir. Elle ne peut pas parler de sa famille comme ça, même si son père était con, même si sa mère la battait ou je ne sais quoi. Peut-être que ses parents étaient des salauds, peut-être étaient-ils des gens vraiment biens, je n'en sais rien et réellement … je m'en fous. Après tout, je ne les connaissais pas, alors qu'est-ce que cela peut me faire, hein ? Rien. Rien du tout, même. Je l'écoute parler, après lui avoir retourner sa question. Ses mots me blessent, mais je ne laisse rien paraître, gardant mon visage neutre, gardant mon regard sombre. Donc, je ne suis rien pour elle ? Tant mieux. Alors, dans ce cas-là pourquoi res- quoi ? Je laisse un faible rictus déformer mes lèvres tandis que je m'approche à nouveau d'elle, la dépassant de quelques centimètres. « T'étais pas pathétique à mes yeux. T'es pas pathétique parce que je te donne à bouffer. Mais là, t'es pathétique. A essayer de trouver des raisons à ma façon d'agir avec toi. Pathétique à me juger alors que tu ne sais rien de ma vie. Pathétique au point de te contredire toi même dans tes propres paroles, tes propres mots. Je ne suis rien, mais tu me dois beaucoup. Crois-moi, tu ne me dois rien. Rien du tout. Et pour répondre à ta question, tu n'es rien non plus pour moi. Juste une gamine ignorante et égoïste qui ne pense qu'à elle-même. Enfin, peut-être est-ce ce que tu veux me montrer de toi. Après tout, je ne connais pas toutes tes facettes tout comme tu ne me connais pas réellement. Mais je ne pense pas que je suis rien pour toi. Si je n'avais pas un semblant de place dans ton esprit, tu ne serais pas là, ici, en face de moi, à te prendre la tête avec la personne responsable de la mort de tes parents et de ta sœur, hn. » Dis-je avant d'hausser des épaules. Je m'éloigne d'elle pour m'asseoir sur l'un des comptoirs de la cuisine. « Au fait, toi qui est presque insupportable, je me demande si tu as quelqu'un dans ta vie ? Histoire que je me débarrasse un peu plus vite de ta petite personne. Parce que quand tu auras trouvé la personne avec qui faire ta vie, je pourrai te gicler comme bon me semble, sans avoir à penser à si tu manges bien, si tu crèves pas de froid, si t'es pas en danger. Alors, dépêche-toi de trouver cette personne qui fait battre de ton cœur. » Je lui pose cette question pour également me faire une idée. Et peut-être, faire des recherches sur cette personne, si elle a réellement quelqu'un en vue, ou à ses côtés. Sûrement, cela me fera péter un câble, mais Na Rae ne le saura jamais, alors au pire, je m'en fous complètement. L'amour est une chose futile, après tout. Une chose rare et fragile.


made by pandora.




_________________
I'm not in love
love is not real.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: « je dégueule sur la facilité des sentiments. (narae&jaxen)   Mer 11 Déc - 15:50

C'est presque inhumain mais plus fort que moi, mes parents me manquent pas plus que ça. Enfin, si, mais j'ai réellement fait de mon mieux pour oublier et m'habituer à cette vie où ils n'existent pas pour baisser les bras maintenant. Le fait qu'il m'en rappelle me plaît pas du tout, je suis en colère et un peu choquée qu'il ose dire des trucs pareils. Est-ce pour me vexer, pour me remettre en pensée à quel point je suis misérable sans eux ou est-il juste un con comme les autres ? De toutes les manières, ses propos ont le don de me faire agir. « Pourquoi alors ? Pourquoi ne m'as-tu pas simplement tuée ? » répète-je inlassablement, la voix forte. J'aurai préféré être morte, si ça avait pu les sauver... enfin bref, ce que je viens de dire a sûrement fait perdre toute crédibilité à ma précédente phrase où j'avais affirmé que je me foutais de leur mort.

Je suis donc pathétique ? Rien qu'en l'entendant le confirmer me donne une forte envie de lui cracher toute ma colère au visage mais je suis un peu à court de mots sur le coup parce qu'il a tout simplement raison. Parce que j'ai plus vraiment conscience de ce que je dis ou fais. Oui, c'est à ce point que je suis pathétique. Je baisse les yeux, incapable de sortir une seule syllabe. Cependant, mon regard rencontre le sien une fois de plus pour le dévisager. Une larme dévale ma joue au moment où il fait débarquer ma sœur dans la conversation. Elle, était beaucoup plus innocente que moi, dans cette histoire. Je le suis du regard et écoute à nouveau ce qu'il a à me dire. Là, je suis surprise mais pas moins énervée. « Que viens-tu de me lâcher là ? Que tu penses à si je mange bien ou si j'ai froid, tout ça. Tu te soucies à ce point de la pauvre gamine égoïste et ignorante que je suis ? » demande-je, ironique, soulignant par la même occasion la contradiction dans ses paroles. En fait, pour se soucier à ce point d'une fille qu'on connait pas, il doit... « Huh, j'ai envie de croire que t'as des sentiments pour moi... mais pour ça, faut avoir un cœur. » Enfin, il n'est pas totalement sans cœur, j'en suis la preuve vivante. Mais il ne peut pas possiblement éprouver un petit quelque chose pour moi... non. Je trouve d'ailleurs plus étonnant qu'il me parle de quelqu'un qui pourrait faire chavirer mon cœur. « Je connais personne de ce genre en fait, ce n'est pas comme si les choses comme le vrai amour existaient, hein. C'est la vie, ça, pas un conte de fées. » réponds-je sur le ton de la provocation. Ensuite, je fourre mes mains dans mes poches et le regarde à nouveau dans les yeux, on ne peut plus sérieuse. « Mais si tu veux que je me casse, t'as qu'à le dire et je te promets que tu me verras plus. Alors je te pose la question : veux-tu, sincèrement, que je m'en aille ? » demande-je sur le ton du défi ce coup-ci.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Pseudo : mangue.
Messages : 31
Date d'inscription : 16/11/2013
DC : babi naegi.
Avatar : pépé park. (park jae beom).



Localisation : tu m'demandes ça alors que je suis magnifique et qu'on me repère aussi vite qu'un éléphant en pleine ville ?
Métier / Etudes : je suis propriétaire d'un bar, depuis que je suis arrivé en ville.

MessageSujet: Re: « je dégueule sur la facilité des sentiments. (narae&jaxen)   Mer 11 Déc - 18:39

na rae & jaxen.
Cause when we are good, we're grand, but when we're bad we are very bad. But I stick around 'cause the love that you're giving me is the best I've ever had. Oh, oh, oh, oh. And it's funny to me, the way that things have worked out. There's no doubt in my mind that you can't recall what this all was about. So let's give it up. Love me sweetly and completely Come and sit beside me 'cause you know I need you near. When you're wheelin' with that feelin' we'll paint the town pink 'cause baby, red is so last year.



tenue.

Pourquoi ne pas l'avoir tué ? Mais qu'est-ce qu'elle a avec cette putain de question à la con. Elle croit quoi ? Que je vais déballer tout un truc que je n'assume pas et que je ne veux pas comprendre ? Hors de question. Oui. Il est hors de question que j'ouvre les yeux sur mes véritables sentiments à son propos. Même pas en rêve. Jamais. Ce serait contre les principes que j'ai depuis que je suis gosse. L'amour n'existe pas. « L'homme est un loup pour l'homme. » Quoi que l'on dise, on se détruit tous. Même si quelques fois, ce n'est pas voulu. L'un finit par laisser l'autre. Ou l'autre finit par tromper l'un. C'est toujours ainsi. Toujours. Il n'y a pas de mais. Ou alors, très peu. Et il n'y a pas de putain d'âmes sœurs ou de prince charmant. Tout ça, c'est des conneries pour faire briller les yeux des gosses. « Parce que. C'est tout. C'est comme ça. » Dis-je en fronçant le nez. Arrête de me demander ça. Si elle continue comme ça, je pourrais très bien finir par m'énerver et déballer des choses dont je n'ai même pas encore conscience. Ce serait bête, vraiment bête. Je lui dis alors qu'elle est pathétique. Oui. Dans le sens où c'est une gamine capricieuse et qu'elle ne cesse de se plaindre alors qu'à l'instant même où elle parle, elle pourrait très bien être morte dans une tombe et être en train de se faire bouffer par des asticots carnivores. Oui. C'est glauque comme idée. Mais, vous croyez quoi ? Que c'est le monde des licornes dans les tombes ? Six pieds sous terre ? Non. Bien-sûr que non. Ouais. Je viens vraiment de lui avouer que je pense à si elle mange bien et si elle n'a pas froid. Ouais. Et alors. Je la regarde d'un air ahuri avant de soupire d'exaspération. Mais qu'elle est chiante. Mais qu'elle parle trop. Mais que les femmes sont exaspérantes. Je me crispe en entendant sa nouvelle phrase. Ma mâchoire se contracte tandis que je serre les dents. Je la fusille du regard, tentant de garder une allure sûr de moi. « Bah bien-sûr. Comme tu l'as dit, pour ça, faudrait encore que j'ai un cœur. Et si un jour je dois avoir des sentiments pour quelqu'un, ce ne sera sûrement pas pour toi. » Dis-je en prenant un air dégoûté bien que je ne pense guère mes paroles. Merde. Cependant, ses nouvelles paroles me soulagent légèrement. Apprenant grâce à mes propres phrases qu'elle n'a personne de ce genre dans sa vie. Tant mieux. En fait, non. Je ne pense pas pouvoir tenir longtemps avant de … bref. Il n'empêche qu'elle a la même vision des choses que moi. Elle met ses mains dans ses poches tout en me regardant droit dans les yeux. Je repose mes pieds sur le sol pour m'approcher d'elle avant de la plaquer à nouveau contre le mur. « J't'ai jamais dit de te casser, OK ? De toute façon, qu'est-ce tu ferais si tu te barrais, hein ? Tu crèverais sûrement de froid ou de faim dans une ruelle sombre. Et sincèrement ? Je pourrais te dire oui, mais cela pourrait être un mensonge, tout comme je pourrais te dire non sans pour autant le penser. Que préfères-tu croire, Na Rae, hn ? Que je tiens à toi ou que tu n'es rien à mes yeux ? » Bam. C'est sorti tout seul et ça me fait l'effet d'une bombe. Merde. Je plisse des yeux, approchant mon visage du sien et … non. Je me crispe avant de m'éloigner à nouveau pour aller chercher une bière dans le frigo.


made by pandora.





_________________
I'm not in love
love is not real.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: « je dégueule sur la facilité des sentiments. (narae&jaxen)   Jeu 12 Déc - 22:34

Il est tellement doué, esquivant une énième fois ma question. Je sais même plus combien de fois je lui ai demandé pourquoi il ne m'a pas tuée - ça nous aurait certainement facilité les choses, à tous les deux - et c'est toujours la même chose. "C'est comme ça" m'explique-t-il. Difficile d'avaler la pilule, tiens. Je suis quelqu'un qui croit sincèrement qu'il y a une raison majeure à tout, vraiment tout. Et ce, même si je suis incapable de m'expliquer pour quelle raison idiote je reste ici, avec lui. Je soupire, déçue de sa réponse.

J'émets ensuite une hypothèse dont je ne suis pas la seule surprise, elle fait réagir Jaxen et je vois facilement qu'une série d'émotions passe sur son visage. Seulement voilà, ça ne laisse présager rien de bon. Qu'il me fasse comprendre qu'il y a peu de chances pour moi pour être une potentielle amoureuse me fait rigoler intérieurement. « C'est totalement réciproque. » lâche-je plus par fierté qu'autre chose. Puis c'est le moment de la vérité. Est-ce qu'il veut que je me casse ? En posant cette question, je me suis attendue à ce qu'il me balance des insultes, qu'il me fasse regretter mes mots en me foutant à la porte illico presto, et plein d'autres scénarios maussades. Et pourtant ! Je me suis sûrement pas imaginé qu'il  me dise des choses auxquelles je me suis même pas attendue. Ses premières phrases ont un solide fond de vérité et, sur le coup, je suis contente qu'il me demande pas de partir. Mais ce qui suit me laisse dans la confusion la plus totale. Je remarque même plus que je suis de nouveau misérablement plaquée contre le mur.

Mes yeux s'ouvrent démesurément, ronds comme les billes. Contemplant le - beau - visage du jeune homme, scrutant les moindre recoins et attendant de voir la suite des évènements. Il ne va quand même pas... y a peu de chances que je me trompe et je veux pas y croire mais va-t-il m'embrasser là ? Sera mon premier baiser échangé avec cet imbécile ? C'est tout un flot d'émotions qui tourbillonne dans mon cœur. Fort heureusement qu'il y met une fin en s'éloignant. Me laissant pantoise, juste pantoise.

Il ne peut possiblement m'aimer, si ? Bref, there is only one way to find out, comme dirait quelqu'un. Et JE VEUX SAVOIR. Sans perdre une seconde, je m'approche de lui qui fait comme si de rien n'était en ouvrant le frigo. Et je rétrécis davantage la distance entre nous deux, en prenant simplement son visage entre mes mains pour poser mes lèvres contre les siennes. Talonnée par mes émotions et voulant absolument savoir quel effet ça lui ferait. De toutes manières, je n''ignore pas quel effet ce geste irréfléchi a sur moi. Étrangement, ça me donne un certain sentiment de prospérité.
Je sais d'ailleurs que je vais m'en vouloir pour le restant de mes jours au moment même où je vais reculer mon visage...
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Pseudo : mangue.
Messages : 31
Date d'inscription : 16/11/2013
DC : babi naegi.
Avatar : pépé park. (park jae beom).



Localisation : tu m'demandes ça alors que je suis magnifique et qu'on me repère aussi vite qu'un éléphant en pleine ville ?
Métier / Etudes : je suis propriétaire d'un bar, depuis que je suis arrivé en ville.

MessageSujet: Re: « je dégueule sur la facilité des sentiments. (narae&jaxen)   Sam 14 Déc - 16:27

na rae & jaxen.
Cause when we are good, we're grand, but when we're bad we are very bad. But I stick around 'cause the love that you're giving me is the best I've ever had. Oh, oh, oh, oh. And it's funny to me, the way that things have worked out. There's no doubt in my mind that you can't recall what this all was about. So let's give it up. Love me sweetly and completely Come and sit beside me 'cause you know I need you near. When you're wheelin' with that feelin' we'll paint the town pink 'cause baby, red is so last year.



tenue.

Je ne compte pas lui répondre, à sa question sur le pourquoi je l'ai sauvé. De toute façon, qu'est-ce que je pourrais lui dire comme mensonge, hein ? Je n'en ai aucune idée. Rien. Il n'y a vraiment rien qui me vient à l'esprit. Ça me frustre et m'énerve d'une façon inimaginable. Évidemment, il est hors de question que je lui dise que je n'en ai aucune idée. Qu'au fil du temps, je me suis légèrement attaché à la petite gosse de riche qu'elle était et qu'elle est toujours, malgré le fait qu'elle soit maintenant, une orpheline par ma faute et celle de mon ancien gang. Ce serait trahir mes croyances. L'amour n'existe pas. Les sentiments sont éphémères. Au moment où les gens commencent à ressentir moins de choses pour leur conjoint, ils se quittent. Sans même prendre le temps de faire avancer les choses, de régler les problèmes ou même d'en parler entre eux pour savoir qu'elle serait la meilleure solution à prendre.  Je hais les gens. Et tant mieux, si c'est réciproque pour elle. Elle n'aura ainsi, pas le loisir de me connaître sous un autre jour. Ni même de me voir péter des câbles pour rien, bien que je le fasse déjà. De toute façon, il est hors de question que je l'approche autrement qu'en tant qu'ancien tueur à gages et ennemi de ses parents. Non. Je ne me vois que comme ça, à ses yeux. Et c'est bien mieux ainsi. Alors si c'est réciproque de son côté, ça me va. Enfin … je crois. Pourtant, lorsqu'elle me dit que je n'ai qu'à dire un mot pour qu'elle se casse, je ne peux m'empêcher  de dire que je n'en ai pas l'intention. Je descends donc du comptoir pour reposer mes pieds à terre, m'approchant ensuite d'elle pour la plaquer contre le mur, une nouvelle fois. C'est une mauvaise habitude ; plaquer son adversaire pour lui prouver qui est le plus fort. Qui est le plus à même de gagner le combat. Je lui parle à nouveau. Elle ne peut pas partir. Elle ne va pas partir. De toute façon, qu'est-ce qu'elle ferait dehors, toute seule ? Rien. Ce n'est pas comme si elle avait un boulot ou de la tune à dépenser. Comme les gens pensent qu'elle est morte comme sa famille, elle n'a pas pu recevoir son héritage, non ? Au pire, quel héritage aurait pu-elle avoir avec le peu de fric qu'il restait à son père ? Rien. Que dalle. Ou alors, pas grand-chose pour survivre dans ce monde de chiens. J'ignore le fait que ses yeux soient grands ouvertes, ou même que je puisse lui faire peur. Elle doit comprendre qu'elle ne peut pas partir pour l'instant. Je ne veux pas risquer qu'elle se fasse buter alors qu'elle est la seule chose qui me fait tenir debout. Si je ne l'avais pas rencontré, sûrement, serais-je encore en train de tuer des gens ? Je n'en sais rien. Et je préfère ne pas le savoir. J'approche doucement mon visage du sien, perdu dans mes penser avant de finalement reprendre contenance. Mes yeux se plisse tandis que je me crispe avant de m'éloigner d'elle pour aller chercher une bière à l'intérieur du frigidaire. Je ne la vois même pas s'approcher à son tour. Bien trop concentré à ouvrir ma bouteille d'alcool jusqu'à-ce qu'elle prenne mon visage entre ses mains pour poser ses lèvres contre les miennes. Mes doigts se crispent et resserrent un peu plus la bouteille entre eux tandis que je la fixe, sans pour autant m'éloigner d'elle. Mon cœur palpite et se met à tambouriner avec force contre ma cage thoracique. Mon corps s’enflamme de lui-même alors que je m'insulte intérieurement. Comment est-ce qu'elle pourrait me faire cet effet avec un baiser presque innocent ? Ce n'est pas possible. Je dois devenir dingue. Pourtant, je pose la bière sur la table tout en faisant reculer Na Rae, sans pour autant me décoller d'elle. Ma langue vient taquiner sa lèvre inférieure avant de forcer le passage entre ses deux croissants de chair. C'est de sa faute si j'agis comme ça. C'est entièrement sa faute. J'éloigne brusquement mon visage d'elle lorsque l'air commence à me manquer ; chose me faisant reprendre mes esprits. Ma lèvre supérieure se retrousse tandis que je serre les poings. Pourquoi a-t-elle fait ça, bordel ?! Je suis complètement hs. Perdu entre mes pensées. Certaines me disent qu'elle m'a simplement ensorcelée, d'autres que je l'aime et d'autres encore me disent que ce n'est rien du tout, que c'est tout à fait normal que je réagisse comme cela parce que son corps me plaît. Et sans le savoir, je connais la réponse à toutes mes questions. Je l'aime. Mais évidemment, il est hors de question que je me l'avoue à moi-même. Je ne veux pas. Je n'ai pas besoin de ça. Pas maintenant que je commence à vivre à nouveau comme avant. Je la fusille du regard avant de me tourner vers la table pour attraper ma bière, buvant la moitié de cette dernière cul sec. « T'as un grave problème, toi. Tu me gueules dessus et tu m'embrasses ? T'es sûre que t'es pas tombée sur la tête ? Va te trouver quelqu'un d'autre si t'es en manque d'amour. » Je me force à dire ça, même si d'autres mots me brûlent les lèvres. Impossibles. Irréels. Mensonges.


made by pandora.





_________________
I'm not in love
love is not real.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: « je dégueule sur la facilité des sentiments. (narae&jaxen)   

Revenir en haut Aller en bas
 

« je dégueule sur la facilité des sentiments. (narae&jaxen)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Et l'amour? [Hell]
» [Coup de gueule] - Ortographe, informatique, lettrage...
» coup de gueule
» café salé ( pas pour la gueule de bois )
» Ta gueule le chat (fable number two)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
life in daesan :: 
daesan
 :: Gwanjong :: Résidences :: appartement de byeol jaxen et hwang na rae
-