AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
joyeux noël ♥️

Partagez | .
 

 On Saturdays everything is allowed |Naegi|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
avatar
Invité

MessageSujet: On Saturdays everything is allowed |Naegi|   Sam 2 Nov - 22:14

OMFGWTFBBQPLZ




    TENUE

    Voilà une journée que j’attendais tout particulièrement. Une journée qui avait un arrière goût de libération, déclarant la fin d’une semaine bien remplie et riche en émotions. Ah, surtout en émotions en fait. Contrairement à mon habitude, je m’étais levé à la va vite, presque souriant alors qu’il était si tôt. Enfin, pour moi neuf heure du matin un samedi c’est très tôt. Je n’ai jamais été du matin contrairement à ce qu’on peu imaginer. Puis je pense que peu d’hyperactif le sont.
    Mais cette matinée cachait une bien belle chose. Donc à peine sortit du lit je me dirigeais comme tous les jours vers la cage ou Skull vivait. Sa petite chambre comme j’aimais l’appeler. Je commençais d’abord par l’ouvrir, caressant la petite tête d’un lapin déjà prêt à faire mille et une folies. Sauf qu’aujourd’hui les folies n’étaient pas pour lui mais bien pour moi. Après la petite salutation matinale, je le quittait pour me rendre dans la salle de bain sans oublier de m’étirer. Je n’aimais pas la sensation des muscles encore endormis parce que ça me donnais envie d’en faire tout autant. Posté devant le miroir, je regardais mon visage tout en tapotant mes joues. Je vérifiais surtout les yeux. Malgré moi, je n’avais pas beaucoup dormi durant la semaine. Ah, qui a dit que les faire de grandes études était facile ? Mais comme l’heure tournait je me dépêchais d’aller sous la douche pour me détendre. Je n’avais pas de temps à perdre, j’avais rendez-vous bon sang ! Et donc après une petite séance de lavage intensif je m’habillais et me coiffait. enfin j’essayais plutôt. Mes cheveux étaient souvent rebelle et moi désespéré. Mais ça allait très bien comme ça. Une fois prêt, j’allais à ma chambre en prenant bien soin au passage de vérifié si Skull avait besoin de quelque chose en nourriture ou en eau. Satisfait de voir que non, je m’occupais de mon lit. Tout comme mon père je détestais lorsqu’un lit n’était pas fait. Il m’arrivait même parfois, en allant chez des potes de faire leur lit. Mais là ça n’est pas le sujet. Affamé comme toute personne normalement constitué après une bonne nuit de sommeil je me rendais à la cuisine en prenant un petit bout de pain et un pot de confiture en guise de déjeuné. Enfin, après avoir vérifié mon taux de glycémie bien sur. Ce que je pouvais détester faire ça. Pourtant, je n’avais pas le choix. Contrairement à certaine chose je ne pouvais pas ne pas le faire, ça pouvait s’avérer dangereux et dieu que j’en savais quelque chose. Je soupirais, comme à chaque fois. Et une fois fin prêt j’allais faire une petite bise à Skull avant de sortir de l’appartement tout en faisant attention à ne pas faire de bruit. Je ne voulais pas réveiller l’ogre occupant la deuxième chambre. Et je partais donc pour le cinéma du quartier après avoir mis mon casque sur la tête, sifflotant la musique qui en sortait pour épouser les tympans -et accessoirement me les exploser-

    Seulement quelques petites minutes après mon départ j’arrivais devant le cinéma. Et à ma grande surprise il n’était pas encore là. Je retenais à peine une petite grimace de mécontentement. Bon… peut-être que j’étais partis vachement en avance mais ça n’était pas une raison ! On avait rendez-vous vers dix heures après tout, il n’allait pas tarder. A moins qu’il était en réalité caché dans une benne ou… Un truc dans le genre. En même temps Naegi était capable d’en impressionner plus d’un, moi le premier d’ailleurs. Mais je l’aimais bien, malgré nos trois ans de différences. Il était sûrement aussi fou que moi et ça s’était vraiment bon. Au moins on s’ennuyait jamais et on avait toujours un truc complètement débile à faire. C’est d’ailleurs pour ça que je ne manquais jamais la moindre occasion de le voir. Même si ça arrivait très souvent qu’on passe des journées à faire les cons ensemble, c’était toujours pleins de nouveautés. Et puis, j’étais au moins certain de penser à autre chose, ça me faisait sourire.
    Attendant donc le petit fou miniature je m’étais assis à même le sol contre le bâtiment du cinéma, près de l’entrée. Quitte à passer pour un clodo, tant pis. J’avais juste hâte qu’il arrive. On avait pleins de choses à se raconter. Enfin, j’avais surtout pleins de chose à lui dire. C’est d’ailleurs pour ça que j’étais aussi calme. Parce que la journée, ne risquait pas de l’être. Je fermais les yeux, profitant de la musique un dernier petit instant.


Dernière édition par Cheong Il Nam le Dim 3 Nov - 15:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Pseudo : mangue, jou souis trop fruity, t'peux pas test.
Messages : 980
Date d'inscription : 01/11/2013
DC : byeol jaxen & kwon hae ji.
Avatar : kim tae hyung (v ; bangtan boys). le plus chou, quoi.

cute, but not stupid.

Localisation : dans la rue, en train de marcher, sûrement.
Métier / Etudes : je suis au lycée et j'travaille pas. pas besoin de bosser, j'ai le fric de mes parents.



MessageSujet: Re: On Saturdays everything is allowed |Naegi|   Sam 2 Nov - 23:04

let's go to the cinema.
ilnam & naegi
Les secondes défilent lentement. La grande aiguille de ma montre me nargue en bougeant doucement. Lorsqu'une minute s'écoule finalement, la suivante semble encore plus longue que la précédente. Quel cercle vicieux. J'ai l'impression que le maître du temps se joue de moi. Il doit rire. Son esprit fourbe doit lui souffler tellement d'idées sadiques qu'il n'en a sûrement pas encore terminé avec moi. J'en suis sûr. Je tapote sur le cadran de l'objet accroché autour de mon poignet, mais rien ne se passe. La grande aiguille continue son chemin aussi lentement que possible. Je soupire longuement et me laisse retomber sur mon lit, ma tête s'écrasant contre mon oreiller, mon regard fixant le plafond blanc et lisse de ma chambre. Tout ceci est irrationnel. Je ne comprends pas encore comment est-ce que ça a pu arriver. C'est sûrement un cauchemar où nous sommes tous reliés. Inlassablement, je lance une nouvelle fois un regard sur ma montre et fronce mes sourcils. « T'as fini de te moquer de moi ? » Dis-je, ma voix bien plus grave que d'habitude pour montrer mon agacement. J'en ai marre d'attendre que huit heures montre le bout de son nez. C'est stupide. Indescriptible. Inimaginable. Je ne suis généralement pas impatient, mais là, le temps passe beaucoup trop lentement pour moi. Je me positionne sur le ventre et enfouit mon visage au creux de mon oreiller avant de hurler. Mon cri est étouffé par le tissu de l'objet sur lequel je m'acharne en lui gueulant dessus. Je l'entends tout de même. Ce n'est pas comme si un simple oreiller pouvait avoir la même capacité que des murs permettant d'isoler le son, hein. Je ferme finalement les yeux, abandonnant. Le temps passe trop lentement pour que j'attende que mon émission préféré commence. Et non, il est hors de questions que je sorte. Il n'y a personne à voir à cette heure-ci du matin et puis de toute façon, je ne suis même pas habillé. Ainsi, je m'endors, plongeant dans un sommeil léger. Oui, très léger. Car lorsqu'un un klaxon se fait entendre, je me réveille automatiquement, les yeux gonflés. Je soupire, exaspéré.

Je décide très vite de me lever. J'attrape un slim bordeaux ainsi qu'un débardeur turquoise et un long pull de la même couleur avant de me diriger vers ma salle de bain personnelle. C'est ça qui est bien, quand on vit dans une grande maison. Il y a assez de salles d'eau pour ne pas être brusqué ou dérangé dès le matin. De toute façon, ma mère doit encore dormir. Quant à mon père, il est sûrement au poste de police, comme il en l'habitude. Après tout, c'est son boulot de flic, d'être souvent là-bas. Je soupire longuement avant d'entrer dans la cabine de douche. Je fais couler l'eau jusqu'à-ce qu'elle devienne assez chaude pour moi, puis je me lave en chantonnant la nouvelle chanson des trouble maker ; un groupe que j'aime bien. J'inspire longuement avant de sortir, après m'être finalement douché pendant plus d'un quart d'heure. Je m'habille en vitesse, me brosse les dents, puis coiffe mes cheveux avec du gel. Je souris faiblement, fier de la vue que me donne le miroir. Finalement, moi qui me trouvais plutôt banal quand j'étais gosse, je deviens plus beau de jour en jour. Moi ? Narcissique ? Jamais de la vie.

Je sors finalement de la salle de bain pour me diriger vers la cuisine où j'attrape deux cupcakes posés sur le buffet. Je souris faiblement. Mon père n'oubliera  jamais de les poser ici avant de partir au boulot. Aish. C'est avec la grâce d'un éléphant que je m'installe dans le canapé du salon avant d'allumer la télévision. Je zappe pendant quelques minutes avant de m'arrêter sur une émission qui m'a l'air intéressante. Quelques temps après, je sens mon portable vibré dans la poche de mon slim et je sursaute avant de le prendre entre mes mains. Merde. Je vais être en retard à mon rendez-vous avec Il Nam ! Oh shit ! Il va me massacrer ! Je cours jusque dans ma chambre pour mettre des chaussettes blanches, attrapant également mon porte monnaie et ma carte d'étudiant, histoire d'avoir les réductions, même si ce n'est pas l'argent qui me manque. Finalement, j'enfile un manteau et des chaussures, prends mes clefs et sors de la maison avant de fermer la porte d'entrée doucement. Je me mets à courir à travers les rues de la ville jusqu'à arriver devant le cinéma où se trouve déjà Il Nam, installé par terre. Je souris faiblement. Il a l'air débile, comme ça. Mais ça, jamais je ne lui dirai. Le faux Naegi ne dirait jamais quelque chose pouvant blessé quelqu'un, bien-sûr. Je m'approche en toute discrétion du jeune homme avant de lui sauter dessus, ébouriffant ses cheveux. « Hyuuung ! Désolé de t'avoir fait attendre ! Je n'avais pas vu l'heure ! » Dis-je avant de tirer sur son bras droit pour le forcer à se lever. Je sautille sur place, gonflant mes joues. J'ai l'air stupide. Je le sais. Mais c'est mon rôle et mon jeu d'acteur me semble parfait. Sans faille. Je fais signe à Il Nam de me suivre jusqu'à l'intérieur pour demander nos places. Évidemment, je paie pour lui, ignorant le fait qu'il soit à côté de moi et qu'il puisse me dire que je n'ai pas besoin. Je m'en fous. Le gentil Naegi le fait. Tout simplement parce qu'il aime aider les autres. Qu'il aime faire plaisir à ses proches, à ses amis. Je lui tends alors son billet avec un sourire innocent. « Hyung! Hyung ! J'ai faaaim ! On prend quelque chose pour manger pendant le film, heeein ? » Je lui demande avant de le tirer jusqu'à l'emplacement où l'on peut demander de la nourriture. Là, je demande toutes sortes de cochonneries, puis les paient avant de tirer Il Nam jusqu'aux personnes indiquant les salles. Évidemment, je ne suis pas très attentifs et lorsque l'on arrive devant les salles, je me tourne vers lui, affichant une mine euphorique. « Oho … Hyung … tu sais c'est qu'elle salle ? Je crois que c'est le troisième, mais je n'suis pas sûr ... » Dis-je en faisant la moue.

Code by Silver Lungs

_________________
finally, i love you.
La règle d'or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu'une partie de la vérité et sous  des angles différents.  - Gandhi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: On Saturdays everything is allowed |Naegi|   Dim 3 Nov - 16:11

OMFGWTFBBQPLZ



    Ça faisait un petit moment maintenant que j’attendais assis à même le sol et que j’attendais que la petite tête arrive. Et je savais très bien qu’il n’allait pas tarder. Après tout, il n’avait jamais manqué une seule occasion de venir. Parfois, il m’arrivait encore de chercher comment on en était venu à avoir ce genre d’amitié. Tout ce que je sais c’est qu’on est capable de rentrer dans le même délire que l’autre et ce, à chaque fois. C’est à la fois déroutant et bien évidemment amusant. Dès qu’on se retrouvait pour passer une journée ensemble on allait forcément faire quelque chose de totalement débile, déranger les gens autour ou juste entrer dans un autre petit monde dans lequel personne ne peut nous rejoindre. Dans le fond je crois que je ne pourrais pas me passer de ses moments. Je pouvais m’évader une bonne fois pour toute. Et quand on passe une semaine totalement nulle, pouvoir penser à autre chose avec un ami est quelque chose de bien. Puis au moins je pouvais en profiter, pour une fois s’était moi l’aîné ! Et je n’ai jamais vraiment beaucoup porté se titre dans ma vie. Dans la famille, j’ai toujours été le plus jeune et du coté des amis, soit on avait le même âge ou bien je restais le gnome. Non là c’était au moins différent. Et ça s’était pas plus mal finalement.

    D’ailleurs, il venait d’arriver et ce, avec une classe certaine. Nan il n’avait rien trouvé de mieux que je sauter dessus ? Effrayé comme tout j’ai commencé par retirer mon casque, faisant une petite moue alors que je me laissais tirer comme un pauvre petit pantin. « J’ai faillis attendre tu sais ! » Je prenais d’ailleurs un air faussement mécontent. Oui, faussement. En même temps, à le voir faire l’imbécile comme ça en sautillant partout ne pouvais que me faire rire. Je me grattais d’ailleurs le haut du crâne en le suivant. Le programme de la journée était plutôt simple, ciné à deux puis shopping. Et oui, ça pouvait être comparé à une sortie de fille tout ça. Et pourtant non. J’avais un mauvais pressentiment comme à chaque fois. Mais bon, souvent c’était drôle. Lorsque je le vit payer les deux places, je n’avais pas pu m’empêcher de râler, comme à chaque fois qu’il payait d’ailleurs. Mais bon, je ne disais rien. Il pouvait être aussi têtu que moi de toute façon. C’était un peu comme parler devant un miroir, enfin, à un presque miroir. Je pris le billet qu’il me tendais sans oublier de lui tirer la langue au passage. Lorsqu’il me parla de prendre de quoi manger, j’ai presque faillis m’étouffer avec ma propre salive tant la réponse était… Évidente ? « Tu penses vraiment qu’on arriverait à survivre dans une salle noir, avec un film et des inconnus dans rien à manger ? » Le tout en faisant des gros yeux, comme si la fin du monde était proche. Bon pour les gens de type inconnus, ça devait avoir un petit sens théâtrale. Mais on allait donc chercher à manger. Bien sur c’est lui qui choisissait. Et moi je bavais devant ses choix, évidemment. J’avais bien fait de ne pas beaucoup manger avant de venir. En même temps il fallait s’y attendre, c’était un vrai morfale. Et moi ça me faisait rire à chaque fois. Seulement, j’allais devoir faire très doucement, ses derniers temps je faisais beaucoup trop d’excès et ça risquait de me coûter cher tout ça. Mais donc, une fois qu’il était sûr de ce qu’il voulait, je sortais mes pauvres petits sous d’une de mes poche… avant de me faire devancer par lui. Et bien sur il ne voulait rien entendre. « Je te hais ! » Bon c’était bien sur des paroles en l’air, mais quand même, je passais pour quoi moi s’il passait son temps à tout payer ?

    C’est donc tout naturellement que je me mis à bouder comme un gosse n’ayant pas eu de friandise. Le tout en me laissant guider par la petite pile électrique avec qui j’allais passer le journée. Je ne regardais pas vraiment, gardant mes joues gonflés. Jusqu’à ce qu’il se tourne vers moi avec cet air étrange et cette phrase l’étant tout autant. « Euuuh… C’est pas la deux ? Ou.. La quatre ? Peut-être cinq..» Je passais une main dans mes cheveux, réfléchissant. J’avais vraiment pas écouté pour être honnête. Puis, il avait cas écouter aussi lui ! Mais une idée me vint en voyant un petit attroupement non loin de nous. Je lui donnais d’ailleurs un petit coup de coude avec un grand sourire. « C’est sûrement là ! y a pleins de gens et ça va pas tarder à commencer ! »

    Et cette fois, c’est moi qui le traînait jusqu’à la file. Les gens commençaient à rentrer dans la salle, bien trop lentement selon moi. Je soupirais. Je n’étais pas vraiment connu pour ma patience. Et encore moins lorsqu’il s’agit d’aller voir un film. Mais je le tirait encore jusqu’à l’intérieur de la salle, la balayant du regard jusqu’à trouver une bonne place. Je cherchais un endroit ou il n’y avais pas trop de monde. Une chance que ça n’était pas bondé d’ailleurs. Ce n’est pas que j’avais peur de déranger les autres pendant le film, mais plutôt l’inverse. J’ai toujours aimé faire mon chieur, mais je n’aime pas quand c’est l’inverse qui se produit. Oui, c’est idiot. Et une fois assit, je prenais soin de m’étirer. Je lançais un petit regard à Naegi avant que la lumière ne commence à se baisser, signalant le début des interminables pub de cinéma. « On est arrivé trop tôt en fait. » Et quel pub d’ailleurs. C’était quoi le rapport entre un tournesol et un cheval ? J’étais perplexe là.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Pseudo : mangue, jou souis trop fruity, t'peux pas test.
Messages : 980
Date d'inscription : 01/11/2013
DC : byeol jaxen & kwon hae ji.
Avatar : kim tae hyung (v ; bangtan boys). le plus chou, quoi.

cute, but not stupid.

Localisation : dans la rue, en train de marcher, sûrement.
Métier / Etudes : je suis au lycée et j'travaille pas. pas besoin de bosser, j'ai le fric de mes parents.



MessageSujet: Re: On Saturdays everything is allowed |Naegi|   Dim 3 Nov - 18:15

let's go to the cinema.
ilnam & naegi
Bien sûr que tu me hais. A qui penses-tu faire croire cela ? C'est impossible. Tu m'adoooores, sinon, pourquoi tu serais là ? Je souris innocemment tout en hausse des épaules, ignorant le fait qu'il boude comme un enfant que l'on vient de gronder. Je sais très bien qu'il ne vient pas d'un milieu très aisé, alors il est hors de question qu'il paie quoi que ce soit si c'est moi qui lui ai proposé cette journée. Et puis quoi encore ? Le Naegi que tout le monde connaît est ainsi. Il est trop gentil, trop souriant, trop naïf, trop souriant, trop drôle. Ouai. Tout le contraire du vrai Naegi. Enfin, à quelques détails près. Je continue de tirer mon ami à travers le cinéma, ignorant toujours qu'il me boude. Je sais très bien que dans quelques secondes, il me reparlera l'air de rien. Parfois, je me demande qui est le plus jeune entre lui et moi, mais je garde cette réflexion pour moi, à chaque fois. Sait-on jamais. Il pourrait le prendre mal, qui sait. C'est ainsi avec tout le naturel du monde que je me retourne vers lui d'un air euphorique en lui demandant s'il a retenu le numéro de la salle où l'on doit se rendre pour voir notre film. Je gonfle mes joues tout en écarquillant mes yeux en comprenant qu'il n'a pas plus écouté que moi. Putain. On a l'air bien, ainsi, à rester plantés comme des gros mongoles entre toutes les salles. Mon nez se fronce tandis que je fais la moue. Hyung, t'es inutile sur ce coup. Je le regarde passer une main dans ses cheveux tandis qu'il regarde autour de nous. Lorsqu'il me donne un coup de coude, je suis son regard pour hausser des épaules. S'il le dit, c'est qu'il a sûrement raison. Il me traîne donc derrière lui jusqu'à la file où quelques personnes rentraient dans la salle. Bizarrement, je ne remarque même pas les regards bizarres des gens nous entourant. Trop pressé de voir le film en compagnie de Il Nam. Au moins, avec lui, si le film est barbant, je ne m'ennuierai pas. Les gens ne se dépêchent pas pour entrer, mais cela ne me dérange pas. Après tout, je suis de nature patiente, contrairement à Il Nam que je vois soupirer. Cela me fait sourire d'un air amusé. « C'est bon, stresse pas, on va arriver à temps pour le film ! » Dis-je en lui tapotant l'épaule.

On entre finalement à l'intérieur, Il Nam me tirant à sa suite tout en cherchant un endroit calme où l'on pourra discuter tout en étant assez loin des gens pour ne pas être dérangé. Je le suis sans broncher, docile. Le fait qu'il y ait peu de personne me semble louche, mais j'en déduis que c'est à cause du fait qu'il soit encore très tôt. Je regarde Il Nam s'asseoir avant de m'installer à côté de lui, après avoir enlevé ma veste pour être plus à l'aise. De toute façon, les salles de cinéma sont chauffées, alors je n'ai pas peur d'avoir froid. L'air est plutôt bon. La température parfaite selon moi. Il Nam s'étire à côté de moi et je souris bêtement lorsque l'intensité de la lumière diminue lentement jusqu'à-ce qu'il n'y en ait plus du tout, sauf sur l'écran. Là, l'enfer. Les publicités. Je hoche de la tête positivement en tirant une grimace. « T'as vu ! T'as vu ! On n'avait pas besoin de se speeder en fait ! » Je hurle avant de gonfler mes joues tandis qu'une nouvelle publicité commence. Celle-ci est plutôt simple ; il s'agit d'une démarche commerciale pour vendre une téléphone LG. Rien de très original, mais au moins, je ne m'inquiète pas que lorsqu'il s'agissait de la pub mettant en scène et un tournesol et un cheval. Les gens travaillant dans le marketing et la pub sont vraiment bizarres. Je me demande même comment ils font pour réussir à vendre leurs produits. J'attrape plusieurs bonbons à la suite avant de les fourrer dans ma bouche, mastiquant en faisant le moins de bruit possible. « Eh, hyung ! Ça tient toujours, le shopping pour après ? Non mais, la nouvelle collection de mon magasin préféré est juste awesome ! Faut trop que tu vois ça ! » Je murmure pour mon ami tout en souriant innocemment avant de gigoter sur mon siège tandis que l'introduction commence.

J'ouvre grand les yeux pour ne pas louper une seule miette, parce que bon, disons que ce film m'intrigue. Le début prend place dans une immense maison de style occidentale. Une maison de bourges. Et je fronce les sourcils. Je n'ai pas vu cette baraque dans la bande annonce, ni même cette actrice, j'en suis sûr. Je hausse des épaules, me disant simplement qu'il s'agit du début ; du lancement bien qu'il soit très bizarre, à mon goût. Pendant les cinq premières minutes, deux personnes parlent, mais je n'écoute pas leur conversation. Je suis plutôt concentré à regarder autour de moi d'un air ahuri. Non. Ne me dites pas que mon impression est bonne. Ne me dites pas que l'on s'est réellement trompé de salle ? Je déglutis bruyamment avant de me tourner vers Il Nam, mais mon regard se stoppe sur l'écran tandis qu'une femme nue, complètement nue arrive dans le salon de la maison pour aller embrasser le seul homme présent dans la pièce. J'entrouvre les lèvres, mais le seul passant entre ces dernières n'est qu'un soupire dérouté. Je cache mes yeux avec mes mains tout en tournant mon visage vers Il Nam. « Hyuuung, tu disais que c'était cette salle … mais c'est pas le bon film, hein ? » Je demande avant d'entendre un gémissement parvenir à mes oreilles. Je suis sûr d'être rouge comme une tomate. J'ai beau caché le fait que je suis du genre manipulateur et sans tact, je reste tout de même un mec de dix-sept ans, hein. Je me mords la lèvre inférieure avant de gigoter sur mon siège. « Hyuuung, tu l'as fait exprès ? T'es un pervers, en vrai ? » Je demande, juste pour l'embêter, même si je sais très bien qu'il n'a pas fait exprès. Après tout, je suis autant fautif que lui. Je n'ai pas été fichu de retenir le numéro de la salle. Mais bon sang ! Cela ne peut tomber que sur nous ; tomber sur un film X sans le vouloir. Aish.

Code by Silver Lungs

_________________
finally, i love you.
La règle d'or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu'une partie de la vérité et sous  des angles différents.  - Gandhi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: On Saturdays everything is allowed |Naegi|   Lun 4 Nov - 19:46

OMFGWTFBBQPLZ



    Bon, je devais le reconnaître, je m’étais encore excité pour un rien. Moi qui détestais les pub j’étais servi. D’ailleurs, au commentaire de mon camarade j’ai tout simplement tiré la langue. Nan mais ça me saoulais déjà assez comme ça d’être tombé sur la publicité alors si en plus il en rajoutais ! Rien que pour ça, mon envie de bouder était revenue. Mais non, je n’allais pas réagir de cette façon à chaque fois, j’étais quand même le plus vieux des deux ! Même si je passais souvent pour un pauvre gamin n’ayant pas grand chose dans le crâne. Bon c’est vrai, mon comportement, mes paroles, mon petit monde… tout ça avait le pouvoir de me faire passer pour un mec sans aucune once d'intelligence. Et pourtant, j’en possède, de l'intelligence. On ne devient pas étudiant en médecine en claquant des doigts. Enfin, comme d’habitude je m’égare. Je regardais plutôt Naegi manger ses bonbons avec un petit sourire. « Évidemment que ça tient toujours ! Puis j’te connais, t’as toujours un don pour trouver les bons trucs. » Puis c’était pas un pauvre ciné qui allait nous éclater. Parce que je le sais très bien, les aventures n’attendaient que nous.

    Je me détendis lorsque le film commença enfin, les yeux rivés sur l’écran. Je n’étais pas forcément fan des séances de cinéma ni même des films en général. A part les films d’horreur mais la je criais comme une fille. Mais j’étais toujours content de partager un moment comme ça avec un ami. Regarder quelque chose seul c’est pas vraiment mon délire. Mais il y avait vraiment quelque chose d’étrange avec cette salle et se… Film ?
    Pas encore totalement perdu dans mes pensées, je sursautais lorsque je vis cette scène. Pourquoi la madame là elle était toute à poil ? En entendant les mots de Naegi, je tournais lentement la tête vers lui avec la grâce d’un ralentit cinématographique. Ses mots raisonnaient dans ma tête. Pas le bon film ? On se serrait… Trompé de salle ? On était si… Idiot ? Et les bruits que j’entendais était vraiment… Ce genre de bruit ? Je crois que durant un instant mon esprit quitta mon corps. Et lorsque je compris enfin pourquoi Naegi avait les joues aussi rouge les miennes en firent autant. On était vraiment dans une salle de cinéma avec ce genre de film devant nous ? Et en plus, bah j’étais avec Naegi quoi ! Plus embarrassant, tu meurs ! Je m’enfonçais dans mon siège, espérant que se dernier finisse par me bouffer. Mais non, dès qu’on demande à être désintégré ça marche jamais. Ignorant sa remarque, enfin mon cerveau n’était pas vraiment en état de comprendre la moindre blague venant de lui, je me tournais sur mon siège, relevant très légèrement la tête pour observer la salle.

    Elle était à moitié vide et évidemment, peuplé de mâle en manque d’amour. Et pour courronner le tout, ils étaient tous très éloignés les uns des autres. Pour faire clair, seul Naegi et moi étions l’un à coté de l’autre. Et d’un seul coup, mon cerveau réalisa qu’on était entouré de pervers sûrement malsain ! Manquait plus que l’un d’entre eux se lève sur son siège et fasse claquer un fouet devant lui. Je ne pouvais que déglutir. Et c’était quoi ce qu’il faisait le mec tout en haut à droite. Je regardais un peu mieux avant de voir mon esprit s’envoler. Il n’était quand même pas entrain de se ! Je me retournais, m'asseyant correctement avec un air des plus choqué sur le visage. Ca c’était vraiment une belle merde dans laquelle on était. Puis je regardais Naegi, sans quitter cette expression. « Je ne… Aaaaaah ! » Même la mort serait moins douloureuse, j’en suis sur ! Mais, comme un bon Hyung qui se respecte, je mis bien vite ma main devant les yeux de Naegi. Ah, si je pouvais lui boucher les oreilles aussi, ça serait le paradis ! « Un garçon de ton âge ne devrait pas voir ce genre de chose ! » Même moi je voulais pas voir ce genre de chose bordel ! Oh dieu que je voulais mourir ! Et l’autre dinde la, elle voulait pas arrêter de beugler comme un cochon qui se fait égorger ?

    Il fallait trouver une solution ! Et je n’avais aucune envie de me relever en sachant que je serais sûrement observé par un troupeau de pervers en manque ! A moins qu’ils soient trop occupé à autre chose pour relever ça ~ AH NON ! Le mot “relevé” était à présent banni de mon vocabulaire. Je me disais bien que la journée commençait un peu trop calmement. « Bordel qu’est-ce qu’on fait ! J’y crois pas... »
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Pseudo : mangue, jou souis trop fruity, t'peux pas test.
Messages : 980
Date d'inscription : 01/11/2013
DC : byeol jaxen & kwon hae ji.
Avatar : kim tae hyung (v ; bangtan boys). le plus chou, quoi.

cute, but not stupid.

Localisation : dans la rue, en train de marcher, sûrement.
Métier / Etudes : je suis au lycée et j'travaille pas. pas besoin de bosser, j'ai le fric de mes parents.



MessageSujet: Re: On Saturdays everything is allowed |Naegi|   Mer 6 Nov - 19:07

let's go to the cinema.
ilnam & naegi
Un don pour trouver les bons trucs ? Je souris faiblement. Je suis d'accord avec lui, mais je ne le dirai jamais à haute voix ; cela me ferait passer pour un gosse narcissique et ce n'est pas du tout ce que je recherche. Alors, je me contente de hausser des épaules tout en pensant intérieurement que cette journée va être plutôt cool. De toute façon, je ne me vois pas faire du sport avec Il Nam. Sûrement parce que je suis un sportif solitaire dans l'âme, je n'en sais rien. Et je n'aime pas « traîner », je trouve cela inutile. Alors, je préfère le cinéma, les boutiques, ou même les jeux vidéos. C'est simple. Terriblement simple, mais souvent très amusant et cela me permet d'oublier un peu les cours au lycée. C'est tellement chiant, le lycée. Il n'y a pas de vie professionnelle, des gens stupides, des personnes enfantines, des gosses partout, des pervers, des profs qui nous prennent pour de la merde. Bon, d'un côté, il y a les amis, mais je crois que c'est la seule de positif avec l'école. Ce serait cool, qu'on nous paie pour apprendre, mais si je dis ça à quelqu'un, on me répondra sûrement « dans les pays pauvres, les gens aimeraient bien avoir l'école gratuite, comme toi ! » Style, je vais en verser une larme et dire « désolé, je ne me rendais pas compte de ça. » Non mais, genre. Comme si j'étais du genre à regretter mes paroles. Quand je dis un truc, je l'assume, point barre. C'est aussi simple que cela. De toute façon, personne ne sait que je pense ainsi, après tout, je suis l'innocent Yoon Naegi ; le fils d'un flic et d'une adorable maîtresse des écoles primaires, hmm. C'est cliché, n'est-ce pas ? Mais ce genre de cliché, on en voit partout. Tout comme le pauvre qui deale, la prostituée qui s'est faite violée quand elle était jeune, le clochard qui a tout perdu à cause de l'être aimé. Bref. La vie est moche. Mais elle peut aussi se montrer belle. Cela dépend du jour, des moments et aussi de son signe astrologique, sûrement. Je n'y connais rien, là-dedans et franchement, je m'en fous. Enfin bref.

Je me tourne lentement vers l'écran, continuant le fil de mes pensées jusqu'à-ce que le film commence. Sauf que je ne m'attendais pas à voir apparaître une jeune femme nue en grand devant mes yeux. Non pas que cela me dérange, hein. Je sais depuis pas mal de temps que seuls les hommes m'attirent, même si le corps d'une femme est vraiment jolie. Et disons que le fait qu'elle gémisse ne me dérange pas non plus, mais bon, faut bien faire genre d'être innocent et dégoûté par tout ça. Ne dit-on pas que le sexe est quelque chose de normal ? Alors, expliquez-moi pourquoi ce sujet est encore tabou à notre époque ? Je ne comprends pas. C'est stupide. C'est comme les préjugés sur les homosexuels ou les gamins de riches. C'est du pipot. C'est ce que veut nous rentrer dans le cerveau la société. Putain de menteurs. Je fais mine de me cacher les yeux tout en demandant à Il Nam s'il le savait et s'il est un pervers, même si je sais qu'il est tout le contraire. Enfin, je crois. En fait, je ne parle pas de ça avec lui, c'est aussi simplement que cela. Je me vois mal lui taper la discute là-dessus de toute façon. Je fais l'innocent tout en gonflant mes joues, les joues rougies. Non mais, disons que les bruits commencent à vraiment devenir gênant. Surtout quand on sait que des gens doivent sûrement faire des trucs bizarres dans leur coin et que Il Nam est à côté de moi alors qu'on était censé voir un autre film. Un tout autre film. Bon sang, ça ne me peut que tomber sur nous ce genre de connerie ! A croire qu'un shaman se vengeait de ma vie antérieure. Salop. Il Nam garde un visage choqué avant de me regarder. Il parle, mais ne termine pas sa phrase, la laissant en suspant tandis que je me demande ce qu'il allait dire. Il met sa main devant mes yeux et je gonfle mes joues. Un sourire étire mes lèvres tandis que sa phrase parvient à se faire un chemin jusqu'à mon cerveau. « Non mais, je sais ce que c'est, hyung. Ce n'est pas la mort. Mais, mais ... mais ... ils proposent vraiment des films de ce genre ? » Je demande, même si j'ai la réponse sur écran devant moi. Je tape le bras d'Il Nam pour remettre mes mains devant mes yeux. Disons que je n'ai pas envie de voir un couple de trois personnes faire des trucs ensembles. Cela me donnerait la nausée. Et je crois que je deviendrais encore plus rouge que je ne dois l'être et que l'est mon ami, à ma droite. Ce qu'on fait ? On assiste à une espèce d'orgie à trois. Un truc chelou. Un truc horrible à voir. Un truc où les bruits des femmes sont vraiment dégueulasse. Et dire qu'elles sont payées pour massacrer mes oreilles. Même moi, je peux mieux simuler qu'elles, j'en suis sûr. Je me retiens de rire bêtement en pensant cela avant de me tourner vers Il Nam, une mine offusquée sur le visage. « Dis hyung, on peut partir ? On n'a qu'à chercher notre salle. Tu crois qu'on peut se lever ? » Je demande avant de lever sans même attendre son avis.

Manque de bol, je fais à peine deux pas que je remarque finalement que certaines personnes sont en train de .. heum ... bref. Je me rassoie, les yeux exorbités. Non. Sérieusement ? Ils n'ont pas honte de faire ça ici ? Je me retiens de déglutir, sachant très bien que cela ne fera que renforcer mon avis de vomir. Oui. J'ai la gerbe dessus. Parce que ces gens me dégoûtent. Parce que les hurlements des acteurs du film me dégoûtent, tout comme les bruits de frottement et de ... MERDE LAISSEZ-MOI SORTIR ! J'en ai besoin pour santé mentale. Je pose mon front contre le siège en face de moi et laisse pendre mes bras jusqu'à toucher mes chevilles. On va crever ici. Je fronce le nez, fixant le sol qui n'est qu'un immense vide noir à mes yeux. Je me mords la lèvre inférieure avant de lever mon bras droit pour chopper un peu de bonbons que l'on a acheté plus tôt. Ce n'est pas parce que y'a des trucs dégueulasses qui se passent au-dessus de ma tête que je vais arrêter de manger. J'ai juste besoin de penser à autre chose. Des licornes. Moi en train de frapper Zayn. Ouai c'est cool, de la frapper. Quoi que ? MERDE. Pourquoi je pense à ce mongol maintenant ? Mon nez se fronce et ma lèvre supérieure se retrousse tandis que je continue de me perdre dans mes pensées. En plus de ça, j'ai envie de pisser. J'attrape mon téléphone pour envoyer un message à Il Nam. J'ai bien trop peur de voir quelque chose de choquant pour relever mon visage. « Au pire, on a qu'à dormir jusqu'à la fin du film ? » Je demande, même si je m'attends à une réponse offusquée. Lorsque les bruits bizarres cessent, j'attends quelques secondes avant de me rassoir normalement pour regarder l'écran. Je lève mes deux pouces en l'air, puis tire la langue à Il Nam. « En fait, y'a qu'à attendre qu'ils finissent leur affaire pour pouvoir regarder l'écran l'air de rien. » Je dis tout en haussant des épaules, mes joues gonflés et un air enfantin sur le visage. Mah oui, bien-sûuur. ~

Code by Silver Lungs

_________________
finally, i love you.
La règle d'or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu'une partie de la vérité et sous  des angles différents.  - Gandhi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: On Saturdays everything is allowed |Naegi|   

Revenir en haut Aller en bas
 

On Saturdays everything is allowed |Naegi|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [AIDE] Probleme de "loading" ou "not allow" sur HD2
» Please allow me to introduce myself...
» [RESOLU] Blocage HTC ONE
» [RESOLU] partition EXT2 non reconnue ?
» [AIDE] Comment déverrouiller le bootloader de mon Xperia Z2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
life in daesan :: 
daesan
 :: Insawon
-